Comment fixer le prix de vente de son mobilier d'occasion ?

Dernière mise à jour : 11 sept.




Que vous souhaitiez vendre des meubles d'occasion dans le cadre d'un débarras de maison ou d'un déménagement, le meuble d'occasion qui trouve preneur aujourd'hui doit désormais répondre à des critères stricts :


  • Un mobilier d'occasion fonctionnel (les petites surfaces habitables ne laissent plus de place à des grands meubles d'apparat)

  • Des meubles d'occasions facile à déplacer (souvent imposé par une tendance constatée d'envie brutale de changement de décor ou de disposition de l'espace principal du lieu de vie)

  • Du mobilier polyvalent ou "recyclable" (ainsi un grand meuble bas à tiroirs fera un début de carrière dans le coin salon sous le grand téléviseur mais pourra être recyclé en commode à linge dans un espace mansardé dans une seconde partie de sa carrière)

  • Il occupe la petite place au sol mais offre la contenance la plus grande possible


Tendances du moment du mobilier d'occasion à succès


1. Dans les grandes tendances actuelles les meubles qui rencontrent un succès qui ne se dément pas sont les meubles des années 1950 / 1960.


2.La commode en placage de chêne blond à pieds compas a retrouvé un niveau de prix raisonnable (aux alentours de 80 euros en bon état).


3. Mis en situation dans des espaces lumineux, on trouve en bonne place désormais des fauteuils, mais aussi de petits canapés dans l'esprit de ces années 60 mais avec des tissus de couleurs pastel dans un gout très contemporain.


4. Les tables dites de salon sont souvent de faible encombrement mais proposent des techniques d'extensions astucieuses : présenté comme une console, le meuble se déplie en une table et peut recevoir 8 à 10 adultes confortablement installés .


L'acquéreur conquis se meuble donc avec des "éléments tendance" en s'évitant les désagréments d'une fragilité ou parfois d'un certain inconfort d'un mobilier sexagénaire.


Faciles à déplacer, ne mobilisant pas une place de façon définitive, de couleur gaie et bien conçus, ces meubles simples , pratiques et robustes – marque de fabrique des grandes années 1950 / 1970 – rencontrent chaque jour un public de jeunes actifs de plus en plus nombreux.


Mobilier d'occasion qui flop !


1.Les tables basses à piétement métal et carreaux de faïence à décor rustique n'émerveillent plus personne.


2. Les grandes enseignes d'ameublement occupent aussi le créneau des "meubles de confort" dans le gout de ces périodes de très grande production et mais en ont rajeuni l'aspect général .


3. Comme lors de tous les phénomènes de mode (re)naissants, la tendance sixties vue sur le marché de la brocante ces dix dernières années a connu de nombreux excès de prix. Ainsi la table de cuisine rectangulaire en Formica bleu et ses 4 chaises assorties (ou pas) affichée à 250 euros voire plus a presque disparu des stands de brocante.


4.Idem pour le buffet 2 corps en Formica qui a occupé un temps toute la cuisine (un coup de cœur un dimanche de brocante) : il est aujourd'hui oublié à la cave où… il encombre d'ailleurs tout l'espace.


5.les armoires à 2 portes de grande hauteur fabriquées à la fin 19eme en merisier, noyer,etc finissent en planches au fond d'un box ou d'une cave avant d’être finalement jetées.


Mes meubles d'occasion ont du style… ou pas ?


S'il est vrai que certains éléments mobiliers sont conservés car ils ont une valeur sentimentale (provenance familiale, première acquisition de jeune adulte, etc…), le client de mobilier d'occasion accorde souvent peu d'importance à la désignation exacte du style de meuble qu'il possède ou souhaite acheter.


Il l'achète simplement par gout ou dans un souci d'homogénéité par rapport à ce qu'il possède déjà.


A l'inverse, lorsqu'il se transforme en vendeur (dans le cadre d'une session de meubles reçus en héritage par exemple), sa connaissance tant des styles que de la qualité réelle de fabrication est très approximative .


De plus il tient rarement compte de l'état du marché :


  • le prix fixé est en rapport direct avec le prix d'achat d'origine : le buffet, la table de salon et six chaises cannées de "style régence grand siècle " , merisier massif – dit la facture d'origine - des années 1970 achetés 30.000 francs est affiché fièrement à "2000 euros l'ensemble non négociable.

  • le grand meuble living couleur acajou en "palissandre de Rio" – désignation portée sur la facture et conservée soigneusement pendant tant d'années - occupe pour longtemps la place d'une annonce rarement lue sur les sites de petites annonces entre particuliers.


Débarras / déménagement et meubles boudés


La spéculation immobilière effrénée aux centres des grandes villes tronçonne des espaces de vie en des logements parfois à peine moins grands qu'un studio.


Longtemps considéré dans les années 1960 / 1990 comme un espace de vie simplement décent pour un couple et un enfant (+ un enfant à naitre) le fameux appartement "F3 / F4" devient une habitation proposée aujourd'hui à prix d'or .


Le contenu de ces appartements ou maisons à vider – dont un jour on a la charge - qui furent possédés par nos parents et grands parents sont souvent meublés avec ces éléments qui ne répondent plus aux tendances d'achat décrites plus haut.


C'est la raison pour laquelle, souvent sollicitées pour un rachat éventuel de meubles d'occasion contenus dans ces habitations, les sociétés sur Paris de débarras n'ont pas d'autre choix que de considérer le contenu meublant sans valeur .


Dès lors il faut se résoudre à considérer que le mobilier tel que (liste malheureusement non exhaustive ! ) :


le canapé trois places en cuir ou en velours marron et grands fauteuils assortis


  • - le meuble bibliothèque (dit meuble living ) façon acajou , chêne rustique ou imitant le merisier qui occupe tout un pan de mur dans le salon.

  • comme la literie dans un format 140 x 190 cm (présentée dans en lit corbeille en velours rose ! )

  • les buffets – dites enfilades à 4 portes – façon acajou vernis et table ronde assortie

  • le mobilier rustique – grande tendance des années 1980 - que l'on croyait en chêne massif

  • mais malheureusement aussi l'imposante armoire du dernier tiers du 19eme siècle dont on a parfois coupé les pieds ou supprimé la corniche pour la glisser dans une pièce d'une habitation moderne n'a pas d'autre destination que les centres de recyclage.

Rappelons nous que cette tendance est maintes fois évoquée dans les émissions télévisées du célèbre "agent immobilier" : pour vendre un appartement ou une maison , ce dernier fait souvent disparaitre (avec une grande facilité ! ) le mobilier "trop daté" suivant sa propre expression.


Il en est de même dans ces émissions très en vogue où chacun vient proposer des objets à l'expertise puis à la vente : lors de ces séquences , on ne voit jamais de mobilier de grand volume des 40 dernières années.




238 vues0 commentaire